Accueil   Evènements     Cours de grec   Historique   Annonces      
 


Historique de la Communauté
La Communauté hellénique de Lyon et des environs a été fondée en 1929 par des ressortissants grecs de Grèce et d’Asie-Mineure, venus en France pendant le conflit Gréco-turc, dans le but de sauvegarder leur culte, leur culture et d’offrir un lieu de rencontre aux grecs exilés.
C’est en 1947 qu’il a été décidé d’édifier une église dans Lyon, devenue pour eux, leur ville hospitalière.
La Municipalité de Lyon et les Hospices Civils de Lyon ont dans un premier temps, loué un terrain qui devait permettre la construction d’une église, qui depuis a été acquis par la Communauté.
L’église, dont les plans ont été élaborés et exécutés par Mr Louis THOMAS, Architecte de la Ville de Lyon et premier collaborateur de Mr Tony GARNIER,  a été achevé et inauguré en Septembre  1949.
Il a adopté des formes radicalement modernes tout en restant fidèle aux références de l’architecture orthodoxe : coupole octogonale à la croisée, et a retenu les leçons de l’architecte Perret au Raincy : dégagement complet du volume, minceur des supports, abondance de la lumière.
Puis un foyer attenant à l’église a vu le jour pour permettre aux ressortissants grecs de se réunir suite aux offices religieux, pour la fête nationale grecque et lors de petites soirées familiales mais aussi pour offrir à la Communauté une école grecque où leurs enfants puissent apprendre la langue grecque, les us et coutumes.
Depuis ces années là, l’école propose des cours aux enfants dispensés dans un premier temps par le clergé puis par la suite par des enseignants grecs détachés par le Ministère de l’éducation nationale hellénique.
Par ailleurs, des cours pour adultes débutants ou de perfectionnement sont également proposés.
Enfin, tout au long de l’année la vie de la Communauté est enrichie par des expositions, des conférences,  des représentations et des cours de danses folkloriques, des ateliers d’iconographie, des soirées  … Et en complément, la publication d’un bulletin trimestriel dédié à nos membres ainsi que notre site pour toutes sortes d’informations.
Des manifestations cultuelles et culturelles riches et intenses ponctuent ainsi la vie de la Communauté Hellénique de Lyon.

Quelques mots sur notre Église
L’église est dédiée à l’Annonciation de la Mère de Dieu et dépend juridiquement de la Métropole Grecque Orthodoxe de France  dont le siège est à Paris et qui est rattachée canoniquement au Patriarcat Œcuménique de Constantinople dont le Patriarche est Sa Sainteté Bartholomée Ier.
Le Métropolite de France actuel est Son Éminence Monseigneur Emmanuel et le Prêtre de notre paroisse, Père Nikolaos Kakavélakis.
Notre Église est ornée d’iconographies réalisées par un hagiographe spécialement venu de Grèce au cours des années 1988-2005 et nous pouvons la qualifier de représentative de l’iconographie byzantine ce qui en fait un joyau en terre lyonnaise.
Les thèmes de l’iconographie sont nombreux mais nous pouvons les classer ainsi :

  1. Les personnages : le Christ, La Vierge Marie, les Apôtres, les  Saints, les Martyrs, les Anges ….
  2. Les fêtes commémorant des épisodes de la vie du Christ (Nativité, Résurrection) de la Sainte Vierge Marie ( Entrée au Temple, Annonciation ….), de l’histoire de l’église ( exaltation de la Croix, Conciles de Nicée ….)
  3.  Les représentations historiées: les scènes de l’Ancien Testament, les miracles de  Jésus, les vies des Saints (davantage pour les icônes)….
  4.  Les représentations théologiques : le Jugement dernier …

Dans notre belle église de Lyon, vous retrouverez tous ces thèmes et nous vous invitons à en  découvrir toute la richesse.
Une attention toute particulièrement au Pandokrátor, Icône du Christ tout puissant qui orne la coupole de l’église,  et  en contrebas des 4 Évangélistes  (St Matthieu, St Marc, St Louka et St Jean).
L’icône de Saint Potin et St Irénée (à gauche devant l’autel) en référence aux deux Saints Martyrs de la ville de Lyon, aux icônes de l’Annonciation et de la Dormition et  aussi à l’hagiographie qui représente Saint Paul évangélisant les Athéniens ( 49/50 après JC) à droite en sortant de l’église.
« Ceux qui accompagnaient Paul le conduisirent  jusqu’à Athènes; puis ils s’en retournèrent, apportant à Sitas et à Timothée l’ordre de le rejoindre au plus tôt » (Actes 17,15)

L’église grecque de Lyon est un des édifices qui, en France, assure le lien entre Orient et Occident, tradition et modernité.
                                                                                   

 

 

 

 

Les Révérends pères qui ont servi notre église ont été :

 

1928 – 1930 :    L' Arch. Nicodimos Antoniou, le Rev. Père Petros Kalfas et le Rev. Père  Georgios Gropetis       alternativement.                              

1930 – 1932  :   Le Révérend Père   Petros Kalfas

1932 – 1951  :   L’ Oikonomos Constantinos Dervissoglou

1952 – 1978  :   Arch. Vlassios Lavriotis

1978–2010 : Rév. Archiprêtre Athanassios Iskos (Prêtre–Instituteur)

Depuis septembre 2010 le Père Nicolas

 

 

Les Présidents qui ont servi notre communauté ont été:

 

1928-1935 :         Mr   Aristide   Nikitopoulos

1935-1936 :         Mr   G.  Bervéroglou

1936-1947 :         Mr   Nicolas   Dikaios  (Consul de Chypre)

1947-1952 :         Mr  Constantin  Bakaloudis

1952-1954 :         Mr   Emile  Balabanoglou

1954-1967 :         Mr   Constantin  Tsakonas

1967-1973 :         Mr   Jean  Aronis

1973-1978 :         Mr   Georges  Stavrou

1978-1981 :         Dr. P Paschalis  Ladias

1981-1985 :         Mr   Georges  Sravrou

1985-2005 :         Dr. Paschalis  Ladias

2005-2011 :         Mr  Nicolas Angéloudis

2011-2015 :          p. Nicolas Kakavelakis

depuis 2015:   Mme Dhimoïla Pénéloppe

 

Message  de  sa Toute Sainteté le Patriarche Oecuménique Athénagoras envoyé  aux  grecs  orthodoxes de Lyon et des Environs pour la construction de  notre  Eglise  le  25  janvier  1949.

 

 

 

 

 

Discours du 18 et 19 07 2009.pdf

 

 

 

Allocution de notre Père Kakavelakis Nicolas

à l'occasion de la Pâques œcuménique 2011 à Gerland

 

Le Christ est ressuscité ! En vérité, il est ressuscité ! " (Luc 24. 34)

Chers Frères et Sœurs en Christ

Nous célébrons avec allégresse cette année encore tous les chrétiens unis à Lyon, la grande fête de Pâques en louant le Seigneur d’un même coeur.
Nous avons bien la conscience que le plus sûr dominateur de l’homme c’est la mort. Mais nous croyons aussi bien que ce dernier ennemi est détruit par la Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ,  comme l’Apôtre Paul   écrit aux Corinthiens. (1 Cor.15,26)
Les évangélistes nous disent qu'à l’aube de Pâques, devant le tombeau vide, ce sont des femmes qui furent les premiers témoins du plus grand mystère de notre Foi: celui de la Résurrection du Christ. Certains se demandent peut-être pourquoi elles et pas les apôtres. Il fallait en effet que la femme, la première qui succomba au péché et reçut comme héritage l'expulsion du paradis, vit aussi la première la Résurrection et la première reçût l'annonce de la joie.
Alors que les apôtres s’étaient enfuis par peur, les femmes sont restées fidèlement jusqu’au bout, au pied de la croix, près de Jésus. Saint Jean nous donne aujourd’hui le témoignage de Marie de Magdala. Elle était la première à voir le tombeau vide. Pour elle, c’est vraiment un événement inattendu. Elle prévient les apôtres. A leur tour, Pierre et Jean nous touchent par la simplicité de leur témoignage, par leur spontanéité, et leur humanité et en même temps ils nous dévoilent leurs différents charismes qui en même temps sont les charismes de chacun de nous. Pierre est rigoureux à sa foi et Jean l’exprime par l’amour. Arrivant les deux sur les lieux, Jean est plus rapide, mais il laisse Pierre entrer qui regarde étonné.
Tous les linges funéraires sont là en ordre, comme s’ils n’avaient jamais servis.
Bien sûr, la présence et la disposition des linges ne prouvent pas que Jésus soit ressuscité. Mais ils montrent que le corps de Jésus n’a pas été volé. Les voleurs n’auraient eu aucune raison d’enlever les bandelettes du corps, et de les plier avec soin.
Néanmoins, Pierre a eu du mal à croire. C’est à la suite des rencontres personnelles avec le Christ ressuscité qu'il a pu devenir un témoin audacieux de sa victoire sur la mort.
Pour Jean, cela se passe autrement: Il voit la tombe vide et aussitôt il croit. Cette attitude vient de son lien  privilégié avec Jésus. L’évangile le désigne comme étant « le disciple que Jésus aimait ». Et lorsqu’on aime quelqu’un, on le connaît mieux, on le comprend mieux. C’est l’amour qui lie Jean à Jésus qui le fait courir plus vite. C’est par cet amour qu’il croit à la résurrection de Jésus. C’est très important pour nous. Cet évangile nous révèle à quel point l’amour peut renforcer notre foi. L’important ce n’est pas de parler de Jésus mais d’avoir une vraie relation avec lui. Il nous aime tels que nous sommes et il ne demande que sa présence dans notre vie. Rien de ce que nous vivons ne peut lui être étranger.  Le problème c’est que bien souvent, nous sommes ailleurs, loin de lui. Mais il ne cesse de nous appeler car il veut nous associer à sa victoire sur la mort et le péché.
Le Seigneur dit à Marthe, la sœur de son ami Lazare : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais… je suis la Résurrection et la Vie » (Jean 11, 25-26)
Nous voici donc devant une nouvelle vie, qui commence par la Résurrection dès maintenant.
Elle n’est pas la vie que nous devons attendre quand nous quitterons ce monde. La vie nouvelle en Christ nous débarrasse sur cette terre de la « mort spirituelelle » comme la Sainte Ecriture et les Pères de l’Eglise la caractérisent, provenant du refus de la vie en Christ, du déni de l’amour et de la vérité.
Cette vie nouvelle nous est offerte pour que nous puissions nous débarrasser de tous ce qui a emprise sur nous : la peur, l’insécurité devant la mort, notre égoïsme, toutes les conséquences de notre corruption spirituelle. Il est indispensable d’ouvrir les yeux de notre âme et de crier de toute notre cœur notre foi au Christ Ressuscité pour vivre avec Lui dès maintenant le Royaume de Dieu.
Chers frères et sœurs, nous pouvons dire que la vie des hommes aujourd’hui n’est pas en relation avec la vie nouvelle que le Christ nous a offert avec sa Résurrection. Nous essayons de résoudre le problème du pain sans chercher à acquérir le pain qui procure la vraie vie, l’amour, la justice, le sacrifice, la solidarité.
« C'est moi qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim et celui qui croit en moi n'aura jamais soif." (Jean 6:35) » 
L’élévation de nos consciences est toujours nécessaire afin que la résurrection du Christ devienne substance de notre vie, l’eau vive « le flot nouveau qui jaillit de la source d’immortalité ».

Amen

 

 

 

Interview

du Père Nicolas Kakavelakis

http://www.jeunes-lyon.cef.fr/IMG/mp3/nicolas_kakavelakis.mp3

 


 

 

Allocution du Révérend  Archiprêtre  Athanase Iskos

 à Sa Béatitudele Patriarche Oecuménique Bartholoméos 1er

à   notre  Eglise  Orthodoxe  grecque de  Lyon

le 19 juillet 2009.

 

 

 

 

 

    Toute Sainteté, Père  et  Monseigneur,

 

La Communauté Hellénique orthodoxe de Lyon et des Environs  a le riche privilège et l’honneur d'accueillir aujourd'hui, votre sainteté et d’être bénie par sa présence et sa bénédiction.

Combien, nous, vos enfants, nous vous remercions pour ce cadeau très cher.

Avec des sentiments chaleureux et une grande joie, une joie sainte, mais aussi encore jouissance et  délectation spirituelle nous vous disons :

Bienvenue Toute Sainteté  le  Patriarche de l’Orthodoxie !

Aujourd'hui toute la communauté de Lyon s'est habillée de blanc et de brillants vêtements pour vous accueillir et crie fort :

« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

Votre visite nous procure une joie particulière, toute pleine d’allégresse, de jubilation et de réjouissance aussi bien à nous qu’à notre métropolite de France, Monseigneur Emmanuel qui avec amour, affection et sagesse, ainsi que plein d’enthousiasme, nous guide, nous donne conseil pastoral avec bon sens. Il encourage le clergé et ses fidèles et renforce l’élan spirituel par sa présence régulière parmi nous.

Il a le sens du devoir profond, œuvre consciemment et avec efficacité  avec ses fidèles dans une ecclésiologie  authentique du berger spirituel. Il tente avec unité et paix, indulgence et avec une coopération de sagesse et  de force aux  questions qui concernent la vie de la sainte Métropole.  

Votre venue procure aussi de la joie au Clergé, à toute l’assemblée des fidèles de la Sainte métropole de France, aux Communautés orthodoxes de Rhône-Alpes et tout particulièrement  à notre paroisse de Lyon.

Naturellement, c’est la première fois qu’un patriarche œcuménique visite Lyon et notre église.

Le monde orthodoxe de la Sainte métropole de France, vos fidèles enfants, ouvrent aujourd’hui leur âme et vous accueillent vous qui êtes le sommet, le faîte de tous nos pères orthodoxes, l’aura, visionnaire des grands moments de l’humanité du Christ et qui donne vie à l’Histoire, à la tradition glorieuse des légendes et des visions de tout notre peuple et la magnificence de la toute Sainte Orthodoxie.

 

Vous êtes l’œil veilleur oecuménique du monde, celui qui s’émeut avec une discrétion claire, limpide et avec beaucoup de sagesse entre Orient et Occident.

Dans votre personne prend chair, pleinement l’idéal, le rayonnement que projette le saint Apôtre Paul, quand il ordonne « conduisez-vous avec sagesse  envers ceux du dehors, et rachetez le temps. Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. » Colossiens 4, 6.

La Communauté Hellénique chemine sur ses 81 ans, pleine de vie et d’action, d’activités dans cette sainte ville de Lyon. La ville a été sanctifiée par le sang de Saint Pothin et de Saint Irénée, les fils de Smyrne. C’est cette ville qu’ont choisie nos Pères pour s’installer, eux, chassés de leur propre terre en martyrs.

Cette année, notre Eglise dédiée à l’Annonciation, avec la grâce de Dieu et l’intercession de la Sainte Vierge célèbre ses 60 ans.  Nos Pères l’ont élevée avec beaucoup de privations et de sacrifices. De l’extérieur, elle ne présente pas un faste byzantin. Mais à l’intérieur, elle n’en manque pas, toujours dans la mesure du peu de nos moyens. Dans cette église se déroulent les moments les plus forts de la vie des paroissiens dont ils se souviennent avec intensité au fond de leur âme et de leur corps. Ici l’assoiffé trouve la source qui ne se tarit pas et qui donne la vie. Ici l’enfant prodigue trouve le port, le refuge face aux tempêtes de la vie. C’est cette église que je sers avec l’aide de la Sainte Vierge depuis 31 ans.

Quand en 1989, vous nous avez rendu visite en tant que Métropolite de Philadelphie, cette petite église se trouvait au commencement d’une rénovation discrète et importante ; aujourd’hui vous l’admirez achevée et dans toute sa splendeur.

Votre Sainteté, la création de ce joyau au cœur de Lyon, relève du miracle de la Sainte Vierge. Pour cela permettez-moi d’adresser un grand merci aux membres de la paroisse pour l’abondance de dons autant matériels que moraux ainsi que l’intarissable amour et le vif intérêt et l’appui qu’ils nous ont offert toutes ces années.

Un  grand  merci au Métropolite de Suisse Mgr Jérémie, qui avec sa personnalité paisible et indulgente,  nous a  encouragé pendant toutes  ces années, nous a inspiré et  a  bien dirigé la sainte  Métropole. Son activité et sa contribution ont été riches et constructives. Il a transmis la flamme de notre Sainte Métropole de  manière juste.   

Je remercie le Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, primat des Gaules pour l’honneur qu’il nous fait d’être parmi nous et de partager notre joie, mais aussi pour l’estime qu’il porte envers vous la secrétaire du CREL,  Mme Régine Maire,  mais aussi tous ses  autres membres du CREL, pour les sentiments amicaux sincères et pour l’étroite collaboration dans notre effort collectif vers l’unité de l’église du Christ.

Je remercie également les autorités politiques de la ville de Lyon, Mr le représentant du préfet, Mme la représentante du Maire de Lyon, Mme le Maire du 5e arrondissement, Alexandrine Pesson, qui sont toujours présent à chaque invitation.

Levez vos saintes mains et bénissez-nous, bénissez nos invités, bénissez le clergé de notre Diocèse, les autorité de notre pays, Mme la Consul, les Conseils d’Administration des Communautés Helléniques voisines de Pont de Chéruy, de Grenoble et de Saint-Étienne, de l’église francophone de Lyon qui constituent les piliers et les poumons de nos églises et luttent de toutes leurs forces pour le progrès et l’élévation de nos Communautés. Ce serait une erreur de ne point évoquer les Orthodoxes des autres pays qui viennent continuellement ici dans notre église, partagent la même foie, prient avec nous et que nous considérons comme des vrais frères en Christ ; leur nombre est important.

Bénissez le peuple béni et les membres de nos Communautés qui suivent fidèlement vos instructions, telles vous les aviez prononcés à la paroisse Hellénique de Marseille, en encourageant : « restez fidèles aux enseignements de notre Mère l’Eglise. Que le rythme effréné de la vie moderne ne vous soustrait pas de votre intérêt pour la spiritualité et le Royaume de Dieu.

Je vous assure Toute Votre Sainteté que tous les fidèles restent attachés aux traditions et à l’enseignement de l’Evangile et essaient de ne pas être envoûtés par le doux chant des sirènes de la vie matérielle.

A  ce  moment, mon  esprit  va auprès  des  personnes  de  notre  Communauté  qui  se  trouve  dans  le  sein  d’ Abraham.Faite des  prières  pour  les  défunts, les Bienfaiteurs et autres membres qui ont  aimés, soutenus, oeuvrés  et  servis  notre Eglise.  

Acceptez Toute Votre Sainteté, de la part de toutes les filles et les fils spirituels qui servent l’Eglise du Christ, du Président et du Comité de l’Eglise, ce modeste cadeau, témoignage de notre profond respect et amour filiatif. Avec notre vœu vers le Christ créateur et par l’intercession de la Mère de Dieu que vos années soient nombreuses et prospères Votre Toute Sainteté.

 

 A l’occasion de la visite historique du patriarche Oecuménique Bartholomée 1er et du 60ème anniversaire de la Paroisse de l’Annonciation nous vous invitons à consulter les sites ci dessous qui commémorent cet événement:

 

France : Le patriarche Bartholomée Ier à Lyon (18-19 juillet ...

16 juil 2009 ... ROME, Mercredi 15 Juillet 2009 (ZENIT.org) - Le patriarche œcuménique Bartholomée 1er, se rendra pour la première fois à Lyon les 18 et 19 ...

 

e-deo: Le Patriarche Bartholomée 1er à Lyon

Le diocèse de Lyon communique : Sa Sainteté Bartholomée 1er, patriarche œcuménique, première figure de l'orthodoxie mondiale, viendra pour ...
e-deo.typepad.fr/.../le-diocèse-de-lyon-communique-sa-sainteté-bartholomée-1er-patriarche-œcuménique-première-figure...

 

Albums photo

de la venue de notre Patriarche Bartholomée à Lyon

 

Sommaire