Accueil Evènements Cours de grec Historique   Annonces      
 

 

 

 


 

https://www.facebook.com/cohelyon/videos/1613664595329103/

 


 

Téléchargez

 

L'Annonce Orthodoxe

 

en cliquant ci-dessous

Annonce Orthodoxe 38

Annonce Orthodoxe 37 Annonce Othodoxe 36 Annonce Orthodoxe 34

Annonce Orthodoxe 35Annonce Orthodoxe 33 Annonce Orthodoxe 32

Annonce Orthodoxe 31Annonce Orthodoxe 30 Annonce Orthodoxe 29

 

Annonce Orthodoxe n 28.pdf Annonce Orthodoxe 27    Annonce Orthodoxe 26   

 

 


 

Ιερά Μητρόπολις Γαλλίας

Ιερός Ναός


του Ευαγγελισμού της Θεοτόκου

LYON

Πρόγραμμα Ακολουθιών
της Αγίας και Μεγάλης Εβδομάδος
και της Λαμπροφόρου Αναστάσεως

2018

 

 

Κυριακή 1 Απριλίου
Κυριακή των Βαΐων
Πρωία:      Η Θεία Λειτουργία,
Divine Liturgie et bénédiction des Palmes             09:30

Εσπέρας:   Η Ακολουθία του Νυμφίου,
Office de l'Epoux  18:00

 

N122.JPG

 

 

Μεγάλη Δευτέρα  2 Απριλίου
Εσπέρας:   Ακολουθία του Νυμφίου,

Lundi Saint, Office de l'Epoux:  19:00

 

Μεγάλη Τρίτη  3 Απριλίου
Εσπέρας:  Τών δέκα Παρθένων, η Ακολουθία του Νυμφίου,

Mardi Saint, Office de l'Epoux:  19:00

 

 

Μεγάλη Τετάρτη 4 Απριλίου

Πρωία:      Θεία Λειτουργία, Divine Liturgie des Présanctifiés 09:30

Εσπέρας:  Η Ακολουθία Aγίou  Ευχελαίου, Office des Saintes huiles

Ακολουθία του Νυμφίου, Office de l'Epoux:  19:00

 

 

Μεγάλη Πέμπτη 5 Απριλίου
Πρωία:      Όρθρος και Θεία Λειτουργία,
Divine Liturgie de Saint Basile:  09:00


Εσπέρας:   Ακολουθία των Αγίων Παθών, Τα δώδεκα  Ευαγγέλια,
Jeudi Saint, Office des Passions. Lecture des douze Evangiles: 19:00

 

 

 


 

 

 

Μεγάλη Παρασκευή 6 Απριλίου

Πρωία: Η Τελετή της Αποκαθήλωσης,
Vendredi Saint, Heures Royales Vêpres et descente de la Croix:  09:30

Εσπέρας: Η Ακολουθία του Επιταφίου Θρήνου,
Office de l'Epitaphe, Engomia: 19:00

 

 

Μεγάλο Σάββατο 7 Απριλίου

Πρωία: Όρθρος και Θεία Λειτουργία,
Samedi Saint, Divine Liturgie de Saint Basile: 09:30

Εσπέρας: Όρθρος  της Αναστάσεως,
Office de la Résurection:  22:15

Λειτουργία της Ανάστασης,
Divine Liturgie Pascale: 23:00

 

 

Παραδοσιακό Πασχαλινό

γεύμα μετά την Ανάσταση

 

 

  Κυριακή 8 Μαΐου : ΤΟ ΑΓΙΟΝ ΠΑΣΧΑ
 Εσπερινός της Αγάπης  (Τό Ευαγγέλιο θα διαβαστεί σε πολλές γλώσσες),
Vêpres de l'Agapée et lecture de l'Evangile en plusieurs langues  : 11:00

Πληροφορίες
π. Νικόλαος Κακαβελάκης
04-78-72-80-77

kakavelakisnikos@hotmail.com


 

Discours du Président de la Communauté Hellénique de Lyon

p. Nikos Kakavélakis

à l'occasion de la fête du 25 mars 2012.

 

Cher Monsieur DUCARD représentant du Maire de Lyon
Chère Madame Imber consule de la Grèce à Lyon
Cher Monsieur Nicolas Kouzoupis, présidant de l’association France-Grèce
Chers amis de différentes confessions religieuses
Chers compatriotes

Aujourd’hui on se trouve ici pour célébrer un événement historique de première importance non seulement pour l’histoire de la nation grecque mais pour l’Europe entière, voire le monde.
Sous l’idée de la révolution du peuple grec contre son oppresseur, on voit le 19ème siècle devenir réalité les idées humanistes paneuropéens de la liberté de la fraternité et de l’égalité, élaborées  dans notre actuel pays la France, inspirés toutefois par l’idéal démocratique de la Grèce antique.
On se trouve donc devant le paradoxe d’avoir les grecs prêter quelque chose de précieuse à l’humanité qui à son tour leur rendra au moment de leur désespoir total, au moment que tout paraissait perdu.
La Grèce, chers amis, la Grèce n’est pas seulement un pays, un lieu géographique aux Balkans avec une histoire millénaire. La Grèce est surtout une  idée, une idée extraordinaire, une idée qui inspirait et continue d’inspirer le monde civilisé dans une voie de beauté spirituelle et éthique qui est la voie de la liberté.
C’est vrai que le peuple grec pendant des siècles a vécu un esclavage douloureux sous un ennemi féroce qui ne partageait pas ce qu’on considère aujourd’hui comme principes de la civilisation.
Or, pour ce destin, ce n’était pas son adversaire responsable mais lui-même, adoptant peuple, nobles et clergé, malgré des avertissements, une conception de vie  éloignée des idéaux et des valeurs de leur  ancêtres.
Toutefois, la période de 4 siècles d’oppression arrosera dans la psyché grecque la racine ancienne gravée dans ses fonds.  Devenant  une âme, les grecs ont révolté contre ses tous puissants oppresseurs en réclamant  leur indépendance.
Et tandis que la révolution était déclarée bien avant, les grecs ont choisi de célébrer le 25 mars 1821, le jour  que l’Eglise orthodoxe a soulevé le drapeau de la lutte contre le tyran, comme le jour de la résurrection nationale.
Pourquoi alors cet attachement à l’Eglise ?
 Certains ont du mal à concevoir que l'on puisse associer foi religieuse et liberté, foi et patriotisme et encore moins Révolution et religion.
Pourtant voilà une commémoration celle de la libération du peuple grec du joug ottoman, où le clergé n'était pas du côté de l'oppresseur mais au contraire aux côtés du peuple, partie du peuple, et du parti du peuple subissant les mêmes persécutions et soutenant la même rébellion.
Au-delà de sa fonction institutionnelle, l'Eglise orthodoxe a eu également un rôle psychologique important pour les Grecs sous domination ottomane : l'Eglise était considérée comme le bienfaiteur et le protecteur de la population ; elle servait aussi de garant de l'identité nationale.
Non pas au hasard le 25 mars 1821, au monastère de Agia Lavra, l'archevêque Paléon Patron Germanos aurait fait prêter serment aux chefs de guerre en leur donnant leur drapeau avec l'image de la Vierge le jour même de la fête de l'Annonciation déclarant la révolution. L’annonciation du salut venant au monde par la Vierge devient maintenant prémices de salut du peuple grec, symbole de la liberté en cours.
On  raconte que, après le début de la guerre d’indépendance, le papier des livres de la bibliothèque du monastère de Penteli à Athènes fut utilisé pour la fabrication des cartouches. Les livres religieux auraient donc contribué de deux manières à la lutte contre les Ottomans : soit en renforçant la conscience nationale, soit en servant à fabriquer des munitions.
L’Eglise non seulement a offert l’avantage psychologique, non seulement a offert sa fortune… mais encore plus, Innombrables étaient les victimes de cette lutte dans tous les rangs du clergé, au front des opérations ou dans les régions occupées par l’ennemi.
C’est pour cela qu’il y a aujourd’hui encore en Grèce une Eglise nationale, une Eglise du peuple.
Cher amis, les idéaux de la Grèce combattante et vainquante de 1821 sont comme on a vu des idéaux universels transmis initialement de la Grèce antique. La liberté, la dignité, la lutte contre l’esclavage, la société organisée sous lois qui protègent societé et individu. L’église protectrice de la société et la société reconnaissante envers elle.
Le message  alors que ce jour nous transmet n’est que retrouver les valeurs humaines oubliées, d’écraser les chaines de tout esclavage de nos jours qui est surtout spirituel et se révolter contre l’indignité et le désespoir.  
Que l’enseignement de 1821 attise les sentiments démocratiques et patriotiques de tous, Grecs et Français

Vive la Grèce
Vive La France

 

 


 

 

%--------------------------------------------------------------------------------------------------------

A l’occasion de la venue à Lyon de Sa Sainteté le Patriarche Œcuménique de Constantinople Bartholoméos et de la commémoration du 60e anniversaire de notre Eglise vous pouvez souscrire à l’édition de notre médaille.

 

Nom,Prénom : ……………………………………………………………………………………………………………

Adresse :…………………………………………………………………………………………………………….…….

e-mail :………………………………………………………………………………………………………………………

Tél.  :……………………………….………………………………………………………………………………….…….

Nombre de médailles : ……………………… x  20€=………………….…….    

Chèque libellé à l’ordre de : Communauté Hellénique de Lyon

Adresse postale : 45 rue du Père Chevrier- rue d’Athènes, 69007 Lyon.  

 

 


 

  Afin de faire un geste écologique et en plus économique, nous vous suggérons d’envoyer par mail, à ceux qui le désirent, votre journal « l’Annonce Orthodoxe ». Pour donner  votre accord, nous vous prions de nous  envoyer votre nom ainsi que votre adresse mail à l’adresse suivante : annonce.orthodoxe@hotmail.fr

                         

 

 

  

 

  

 

 


 

 

 

 

 

Les Eglises doivent contribuer à façonner une Europe des valeurs :

 réunion du Présidium de la KEK à Bruxelles

 

Le Présidium de la Conférence des Eglises européennes (KEK) s’est réuni du 13 au 16 mai 2008 à Bruxelles, en Belgique. La réunion a eu lieu au Centre œcuménique, qui abrite la Commission Eglise et société de la KEK, ainsi que la Commission des Eglises auprès des migrants en Europe (CEME), une organisation œcuménique qui va fusionner avec la KEK d’ici à la fin de l’année.

Sous la direction du pasteur Jean-Arnold de Clermont, président, de l’archevêque Anastasios d’Albanie, vice-président, et de la doyenne Margarethe Isberg, vice-présidente adjointe, le Présidium, constitué de dix membres a passé en revue les activités de la KEK, les préparatifs de la 13e Assemblée de la KEK (Lyon, France, 15-21 juillet 2009) et le processus en cours de restructuration de la KEK.

Le service d’ouverture s’est tenu le 13 mai dans la chapelle œcuménique de la Résurrection, et le sermon a été prononcé par le pasteur Guy Liagre, président de l’Eglise protestante unie de Belgique.

En introduction, le président de Clermont a souligné que l’Assemblée de Lyon serait « une Assemblée moderne et participative, à la fois dans la phase préparatoire et dans son déroulement ». Cette Assemblée constituera une occasion de célébrer le 50e anniversaire de la KEK et de réfléchir à l’avenir du mouvement œcuménique.

Une séance spéciale a été consacrée aux relations entre les Eglises, d’une part, et les autres communautés de foi et de conviction et les institutions européennes, d’autre part. Les conférenciers étaient M. Mario Mauro, vice-président du Parlement européen en charge des relations avec les Eglises et les communautés religieuses ; M. Jorge Cesar das Neves, personne de contact pour les religions, les Eglises et les communautés de conviction au sein du Groupe de conseillers politiques européens de la Commission européenne ; et Drs Laurens Hogebrink, auteur d’une étude sur les Eglises et les institutions européennes, qui sera bientôt publiée par la Commission Eglise et société de la KEK.

Le comité était chargé d’étudier des possibilités de mettre en œuvre l’art. 17 du Traité de Lisbonne, qui prévoit « un dialogue ouvert, transparent et régulier » entre l’Union européenne et les communautés religieuses. « Le dialogue est à double sens », a déclaré M. Mauro, « et nous devons trouver des structures et des modalités mettant en valeur la précieuse contribution que les Eglises et les religions peuvent apporter à l’élaboration du projet européen ». Le Parlement européen, a-t-il déclaré, est de plus en plus conscient de l’importance de cet objectif. Tout en favorisant « une séparation claire des rôles de l’Eglise et de l’Etat », M. Mauro estime « que les Eglises peuvent apporter une contribution majeure au débat public et à la formation d’une Union européenne des valeurs ».

M. das Neves a souligné que le dialogue entre les institutions européennes et les Eglises ne portait pas « sur la métaphysique, mais sur les politiques ». La contribution des Eglises, selon lui, est particulièrement nécessaire dans le domaine des valeurs. Il a exprimé son intérêt pour les rencontres entre les Eglises et les institutions, comme lors du Séminaire de dialogue sur la « Flexicurité » (cf. communiqué de presse http://www.cec-kek.org/french_site/content/pr-cq0810f.shtml ). M. Hogebrink a déclaré qu’à la suite de plusieurs décennies de dialogue, les institutions européennes avaient pris davantage conscience de la contribution des Eglises, et que les Eglises avaient davantage pris conscience du processus d’intégration européenne. Il a affirmé que les Eglises représentaient le plus grand groupe de la société civile en Europe. Avec la KEK et sa Commission Eglise et société, les institutions européennes ont un partenaire de dialogue engagé, représentant la voix commune et groupée d’une grande variété d’Eglises de différentes confessions et de tous les pays européens.

Le Présidium de la KEK a approuvé une déclaration appelant à la prière et à l’action pour la paix et la réconciliation au Liban, à la lumière des événements tragiques qui ont eu lieu récemment à Beyrouth et dans d’autres villes (cf. communiqué de presse pr-cq0829e.shtml , en anglais).

Des réceptions pour les membres du Présidium, le personnel de la KEK et les invités des institutions européennes et des organisations liées aux Eglises ont eu lieu au Centre œcuménique et dans la résidence du métropolite Athanasios d’Achaïe, représentant de l’Eglise de Grèce auprès de l’Union européenne.
------
La Conférence des Eglises européennes est une communauté de 120 Eglises de tradition orthodoxe, protestante, anglicane et vieille-catholique de tous les pays d'Europe, et de 40 organisations associées. La KEK a été fondée en 1959 et a des bureaux à Genève, Bruxelles et Strasbourg.

 

Pour de plus amples informations:

Luca M. Negro

Secrétaire à la Communication de la KEK

Tél. +41 22 791 64 85,

 portable +41 78 870 81 17

e-mail :  Luca.Negro@cec-kek.org

Website :www.cec-kek.org